Frédéric Gras photographe de famille, photographe naissance, photographe entreprise, photographe grossesse vous prie de respecter son travail.

Un photographe en crèche : l’alliance du jeu, de la pédagogie et du bien-être des petits

Sur mon blog il y a quelques mois, j’avais écrit un article pour parler de mon métier de photographe en crèche que j’exerce depuis plusieurs années. Je souhaite aujourd’hui revenir sur ce sujet qui me tient à cœur. Voilà donc un peu de lecture pour vous immerger totalement dans cet aspect de mon travail que j’adore : photographier les enfants en crèche.

Photographe crèche 78 : Un métier à part entière

Je suis photographe professionnel dans les Yvelines depuis maintenant plus de 10 ans. J’ai alimenté ma carrière avec différents types de prestations comme le portrait, les photos de famille, la photographie de grossesse et de naissance, etc… Mais j’ai aussi rapidement investi le milieu de la crèche. Etant moi-même papa d’une adorable jeune fille, j’ai appris à savourer les moments de complicité partagés avec elle.

Dès sa naissance, la voir grandir m’a fait prendre conscience que les enfants, de manière générale, changent vite, trop vite ! Parfois on aimerait les voir bébés un peu plus longtemps. La photographie d’enfants est donc pour moi une évidence : capturer leurs émotions, leurs traits, leurs sourires, leur personnalité, pour ne jamais oublier comment ils ont été.

En tant que papa, l’enfance me fascine, j’aime créer un contact avec les enfants, les découvrir petit à petit le temps qu’ils me fassent confiance. C’est donc tout naturellement que l’idée de proposer mes services au sein des crèches est née. Les petits loulous dans ces structures arrivent pour certains à 2 mois et demi, ils sont si petits ! En 3 ans, ils grandissent et changent énormément. Mon travail de photographe me permet d’immortaliser cette incroyable évolution.

Réaliser une séance photo en crèche n’est pas anodin. Au fil du temps j’ai développé des compétences me permettant d’avoir une approche adaptée avec les enfants des crèches. Dans ces structures collectives, les enfants ont un besoin évident de repères et de stabilité. Le turnover des professionnelles est évité au maximum, et de ce fait, la présence d’inconnus aussi. Mon travail consiste donc à comprendre quelle est la pédagogie de la crèche où j’interviens, et à me fondre dans le décor.

Cela me permet de créer un lien de confiance avec les petits que je prends en photo. Pour cela, je fonctionne toujours de la même manière : je suis moi-même, à savoir sympathique avec une touche d’humour, je suis patient, j’adapte ma voix (pour la faire douce et chaleureuse), et je joue avec les enfants. Et oui ! le jeu est la meilleure médiation pour entrer en relation avec un enfant. J’entre dans l’univers enfantin pour que le tout-petit, en retour, entre dans la séance photo. Cela fait partie de mes valeurs, au même titre que la patience et l’interdiction formelle de forcer un enfant qui ne veut pas participer.

Cette philosophie, je l’alimente constamment grâce aux échanges que j’ai avec le personnel des crèches. Je m’enrichie à chaque fois et je pioche des petites astuces pédagogiques pour favoriser un lien plus fort avec les enfants. Être photographe en crèche, c’est donner de sa personne, c’est vivre les émotions des enfants avec eux, et c’est arriver à cerner qui ils sont vraiment, en quelques minutes.

En tant que photographe crèche 78, mon but est d’inclure mon intervention dans un projet porté par l’équipe de professionnelles qui m’accueille. Jamais je n’interviens juste 2h comme ça « à l’arrache » en déboulant dans les sections et en criant « coucou les enfants ! faites un beau sourire ! clic-clac c’est dans la boîte ! ». Non, certainement pas. Ce n’est pas ma façon de travailler.

J’aime les enfants, je respecte le travail des professionnelles de crèche, je ne bâcle pas les séances pour être « rentable ». Je collabore littéralement avec les équipes. Il m’est impossible de faire une séance sans elles, et de leur côté il est indispensable qu’elles participent pour la sécurité affective des enfants et pour faire vivre le projet.

0
photo de crèche
0
photographe crèche 78

Photographe crèche 78 : présentation des structures qui me font confiance

Dans les Yvelines, où j’interviens principalement, j’ai pu me créer un réseau de crèches qui font appel à mes services une fois par an. Je peux réaliser des séances photos dans des structures très diverses : dans le secteur public ou le secteur privé, dans les petites (20 berceaux) comme dans les grosses crèches (90 berceaux à Massy – Graine de Sésame de La Maison Bleue par exemple), et dans des structures à mi-chemin entre la crèche et l’assistante maternelle : les MAM. Mon premier article sur les crèches parlait justement de la Maison d’Assistantes Maternelles A Petits Pas, de Tremblay sur Mauldre.

Dans une municipalité, si la commune gère plusieurs structures, il est tout à fait possible pour une crèche de faire appel à mes services après en avoir référé au service petite enfance. Et en fonction du projet éducatif de la ville, mon intervention peut être généralisée à toutes les crèches de la commune. C’est un projet commun à travailler avec l’ensemble des structures.

Photographe crèche 78 lorsque j’interviens dans les crèches privées, comme les micro-crèches et crèches d’entreprise, c’est généralement la directrice ou le directeur de la structure qui porte le projet. Ensuite le bouche à oreille de crèches en crèches fonctionne et je suis sollicité par les structures voisines du groupe, comme par exemple à Jouars Ponchartrain avec les crèches Anis 1 et Anis 2 de La Maison Bleue.

J’ai donc la chance de pouvoir travailler avec plusieurs crèches de plusieurs groupes privés, comme Babilou, People and Baby, Crèche A 2 pas, et La Maison Bleue.

J’aimerai m’attarder quelques instants sur ce dernier groupe : La Maison Bleue. J’interviens dans plusieurs structures de ce groupe (principalement dans le 78), car je pense que nous partageons des valeurs communes et c’est pour cela que certaines responsables de crèches me font confiance et me rappellent chaque année. La pédagogie de La Maison Bleue se fonde sur des piliers essentiels, comme la sécurité affective de l’enfant, de développement de son autonomie et de sa confiance en lui.

Ces 3 points sont la base de ma façon de travailler lorsque je fais une séance photo en crèche. Je trouve qu’il y a une harmonie entre la manière dont les professionnelles s’adressent aux enfants, guidées par cette pédagogie spécifique, et la manière dont je me comporte avec eux. Le respect de l’enfant, de son intégrité et de ses émotions sont des points que j’observe quand je viens dans les crèches La Maison Bleue et je m’assure de véhiculer la même chose en travaillant. Je pense que les enfants sentent cette cohérence entre l’attitude de leurs référentes et la mienne, c’est ce qui permet de les rassurer.

Je constate aussi que les éducatrices, les auxiliaires de puériculture et les auxiliaires de crèches ont à cœur de voir les enfants prendre du plaisir lors de la séance. Elles les connaissent, elles savent comment leur parler pour les mettre en confiance pendant la prise de vue, les enfants se détendent et profitent réellement de ce moment privilégié. L’individualisation des soins et des moments de jeux sont une priorité dans leur pratique et ce que je propose au cours de la séance photo répond tout à fait à ce besoin.

0
photographe crèche

Sandrine est une de mes plus anciennes connaissances à La Maison Bleue. Elle était initialement infirmière adjointe, puis directrice et elle occupe désormais un poste de Responsable de secteur. Elle m’a fait confiance et après ses changements de postes j’ai pu poursuivre mes interventions avec sa remplaçante Marion. Cette continuité a été un atout majeur car en changeant de structures Sandrine et Marion ont également fait appel à mes services dans leurs nouvelles crèches afin d’intégrer la séance photo annuelle dans leurs projets pédagogiques.

N’hésitez pas à aller voir le témoignage vidéo de Marion, à l’époque où elle dirigeait la crèche Vanille à Saclay. Et lorsqu’elle m’a contacté pour venir faire une séance aux Libellules, crèche dans laquelle elle faisait un remplacement de seulement 4 mois, j’ai compris qu’à La Maison Bleue, la pédagogie tend à harmoniser les pratiques au sein des crèches. C’est pourquoi j’ai la chance de continuer à travailler avec un certain nombre de directrices et directeurs.

Photographe crèche 78 : Déroulement d’une séance

Maintenant que j’ai parlé de mon travail en général et de mes valeurs, je vais détailler un peu plus le déroulement et l’organisation d’une séance photo en crèche.

La préparation de la séance

Tout d’abord j’explique clairement comment je travaille au responsable de la structure : en effet, j’apporte mon matériel professionnel, et j’installe un véritable studio ambulant. Il faut, pour cela, que la crèche dispose d’un espace suffisamment grand pour qu’un fond y soit déroulé en hauteur et au sol. Il faut aussi que je puisse poser les éclairages et diffuseurs de lumière.

En général, je viens physiquement dans les locaux pour me faire une idée de la faisabilité du projet et surtout pour échanger sur mon travail avec la directrice ou le directeur de la crèche. Nous fixons ensuite une date pour la séance. Je recommande de prendre rendez-vous assez tôt pour obtenir un créneau adapté. On évitera par exemple les vacances scolaires ou les périodes de ponts : il y a moins d’enfants et les familles absentes seront déçues de ne pas profiter de ma prestation.

Photographe crèche 78 j’explique aussi que mon temps de présence sur une crèche dépend du nombre d’enfants. A titre d’exemple, à la crèche Les Libellules à Saint Cyr l’Ecole, il y a environ 40 enfants, je viens donc 4 matinées de 8h à midi. Et oui… si 10 enfants sont photographiés chaque jour c’est un bon rythme. Plus d’enfants en une matinée, ce n’est pas agréable, impossible de prendre un vrai temps individuel, de faire connaissance, de rassurer…

Quand tout est statué entre la crèche et moi, j’envoie par mail à la directrice une documentation à destination des parents ainsi que les autorisations de prise de vue. Là je demande à l’équipe de la crèche de faire une démarche de communication auprès des familles. En parallèle de la plaquette informative, il faut les prévenir de ma venue, leur expliquer le déroulement de la séance et surtout insister sur les autorisations de prise de vue.

Photographe crèche 78 je trouve tout à fait normal que certains parents refusent la séance, soit parce qu’ils ne sont pas intéressés par les photos, soit parce qu’ils ne souhaitent pas que leur enfant soit pris en photo. Pour ne faire perdre de temps à personne il est essentiel que je connaisse ces informations avant la séance afin d’organiser au mieux le passage des enfants.

Les parents peuvent aussi me contacter directement s’ils désirent une séance photo « privée », dans mon studio à Elancourt, sans passer par la crèche. Aux Libellules par exemple, la directrice a évoqué ma venue pendant la réunion de rentrée à destination des parents. Elle avait ensuite prévu de faire un affichage de la plaquette dans un lieu de passage de la crèche (et envoyée en doublon par mail aux parents).

Dernière étape préparatoire : le rôle des professionnelles. Comme je l’ai évoqué, impossible pour moi de travailler seul dans la crèche. Pour le bien-être des enfants ils ont besoin de venir sur le studio avec une personne de confiance : leur référente, l’adjointe ou la directrice. De ce fait, la responsable de la structure doit organiser les plannings de manière à détacher quelqu’un pour m’assister en permanence. A la crèche Vanille, il s’agissait des éducatrices en relais de direction ou bien de la directrice elle-même. Dans d’autres crèche, c’est la professionnelle référente de l’enfant qui l’accompagne.

0
photos de creche
0
photographe creche Paris

La séance photo

Le jour J, je me présente à l’ouverture de la crèche avec tout mon matériel. Je prends 20 à 30 minutes pour installer le studio, faire les réglages lumière, etc. Depuis 2 ans, je dispose d’un équipement dernier cri sans fil ! Tout fonctionne sur batterie, plus besoin de rallonges, de câbles à brancher dans lesquels on risque de trébucher. Cela permet aussi de tout ranger à la fin de la matinée pour libérer l’espace.

Dans la mesure du possible, en fonction du lieu où j’ai installé mon studio, je salue les parents et les enfants qui passent à proximité. Pour certains enfants, être avec leur parent pour le 1er contact avec moi permet de briser la glace et d’être rassurés rapidement. Si cela est possible, et si c’est proposé par l’équipe, je peux également passer une tête discrète dans les sections pour dire bonjour aux enfants, me présenter afin qu’on fasse connaissance avant leur venue sur le studio.

Avec la personne détachée pour m’assister pendant la séance, nous mettons au point notre stratégie. Avec la liste des enfants, nous réfléchissons aux enfants prioritaires : ceux qui ne seront présent qu’une seule journée, ceux qui vont rapidement aller faire leur sieste du matin, les fratries, ceux dont on est sûrs qu’il faudra proposer plusieurs fois de venir pour gagner leur confiance, etc… Je laisse ensuite la professionnelle aller chercher le premier enfant et lui proposer de venir se faire prendre en photo.

FAIRE CONNAISSANCE EN DOUCEUR

Le petit loulou arrive et je lui demande comment il s’appelle, quelque soit son âge. Je me présente en prenant ma voix la plus douce possible « Bonjour, je m’appelle Frédéric et je suis photographe à la crèche, on va passer un petit moment ensemble tous les 3, tu es d’accord ? ». J’essaie de parler avec l’enfant pour le rassurer sur ce qu’il va se passer : « J’ai apporté mon appareil photo, tu veux voir les photos de tes copains ? » car visualiser leurs camarades en photo (pour les plus grands) leur donne souvent envie de faire la même chose. « Tu veux appuyer sur ce petit bouton pour faire le flash ? Oh la jolie lumière ! ».

Faire participer l’enfant est primordial, il doit être acteur de sa séance, et non passif, il doit sentir qu’il maîtrise la situation. Le fait de toucher mon appareil en déclenchant le flash « juste pour jouer » est un bon moyen pour l’enfant de désacraliser ce gros objet noir qui fait du bruit et de la lumière. Dans tous les cas, ces différentes approches et phrases que je peux échanger avec les enfants sont mes premiers outils pour entrer en relation.

La professionnelle est toujours présente, elle tient l’enfant dans ses bras et nous parlons ensemble tous les 3 pendant quelques minutes. Je m’attarde également sur le doudou de l’enfant, ou sa tétine, son joli pull, sa belle robe… Bref tout ce qui peut favoriser le dialogue et la confiance quel que soit son âge.

PRISE DE VUE POUR PETITS ET GRANDS

Le cœur de la séance peut commencer. La professionnelle me confie quelques jouets familiers de l’enfant, qui restent près de moi afin de les utiliser pour attirer le regard de l’enfant dans ma direction au moment de la prise de vue. Je n’hésite pas à faire le bruit des animaux, et à demander à l’enfant si lui aussi il sait le faire. Je chante également des comptines, « Petit escargot » est de loin ma préférée !

Photographe crèche 78 j’indique à la professionnelle l’emplacement parfait où doit se trouver l’enfant sur le studio lorsque je déclencherai mon appareil. Une fois qu’elle a mémorisé l’endroit je la guide sur des actions à proposer à l’enfant. Elle reste à proximité de lui et suggère des petits jeux à faire qui incluront les poses photogéniques : chercher un trésor au fond des poches (donc mettre ses mains dans les poches de pantalon) ; s’assoir en tailleur et chanter, imiter les bruits d’animaux, ou taper dans ses mains ; s’allonger sur le ventre comme à la plage ou ramper et attraper doudou ; ou alors à 3, courir le plus vite possible vers moi.

Je propose même un joli petit fauteuil gris, confortable pour que l’enfant s’y installe, assis, à genoux, à l’envers… tout est possible, et la professionnelle se tient toujours à côté pour veiller à sa sécurité physique et affective.

Lorsque nous avons épuisé toutes les idées de jeux et de poses, j’invite l’enfant à venir voir ses photos. On parle de son doudou, de son sourire, de la jolie coiffure … Je remercie alors l’enfant et je lui dis que je vais photographier un autre enfant. La professionnelle le raccompagne dans son unité de vie.

Quand il s’agit d’un bébé qui ne marche pas encore, tout est réadapté, toujours en fonction de ses capacités motrices. Si le tout petit ne tient pas encore assis tout seul, la professionnelle l’allonge sur le dos et elle s’approche de moi pour qu’il tourne se regard dans notre direction. A base de « coucou-caché », « bravo ! », et d’autres stimulations auditives et visuelles, nous captons l’attention du bébé, ses sourires arrivent, et sans attendre nous passons à autre chose.

Le bébé pourra être éventuellement sur le ventre puis sur les genoux de la professionnelle, afin d’avoir son visage de face. Et si ses capacités motrices lui permettent, il pourra grimper sur le petit fauteuil, et nous montrer toute sa fierté.

Pour les fratries, chaque enfant aura droit à sa séance individuelle et sera également photographié avec son frère ou sa sœur. Ce moment de complicité est parfois très stimulant et le résultat est fort sympathique.

0
photographe en creche
0
photographe creche 78
0
photographe creche Yvelines

ET SI ÇA NE MARCHE PAS ?

Vous vous demandez surement ce qu’il se passe lorsqu’un enfant manifeste son désaccord. Les réactions sont très variables. Voici quelques exemples.

Parfois, l’enfant arrive motivé sur le studio, comme Yanis, 3 ans, mais il est tellement impressionné qu’il reste figé, les doigts devant la bouche. Il ne pleure pas, ne s’en va pas, ne sourit pas, ne parle pas mais il est très intimidé. Je n’insiste pas, et malgré les tentatives nombreuses, il n’aura pas été possible d’avoir la collaboration de Yanis. Ce n’est pas grave, l’enfant est tel qu’il est, on ne change pas son attitude à l’instant T, même s’il est habituellement joyeux et sociable…

Les professionnelles se chargeront d’expliquer à la famille pourquoi nous n’avons pas pu faire de photos et qu’il ne s’agit en aucun cas d’une mauvaise volonté de la part de l’enfant. Il était impressionné, en quelque sorte bloqué, et personne n’a le droit de le forcer à changer pour « avoir une belle photo ». Il ne faut pas oublier que je suis installé à quelques mètres de l’enfant, et mon visage est caché 70 % du temps derrière mon objectif.

De ce fait, c’est tout à fait légitime que l’enfant manifeste une forme de malaise face à cela. Je fais donc mon maximum pour sortir ma tête, sourire, faire des blagues et surtout inviter l’enfant à s’approcher de moi pour discuter, voir ses photos, etc…

La petite Calie, 2 ans et demi, m’a connu lorsqu’elle était chez les bébés, puis chez les moyens et elle me revoit pour la 3ème fois pendant son année chez les grands. Sa référente l’invite à venir sur le studio, elle accepte avec plaisir et une fois arrivée, elle pleure et repart en courant. Au suivant ! On lui reproposera dans la matinée et les autres jours.

Mais à chaque proposition son comportement est identique, elle est d’accord, elle vient mais repart en pleurant. Le dernier jour, moins timide, elle a voulu me présenter son doudou et son livre, et après de longues minutes à lire ensemble à plat ventre sur le sol du studio, elle s’est détendue et la séance s’est déroulée à merveille. Là je n’avais pas d’autre choix que de l’écouter et de respecter son rythme. Elle a eu besoin de mettre les pieds 8 fois sur le studio avant d’avoir envie d’échanger avec moi, grâce à son doudou et son livre.

Pour Alice 5 mois, la réaction était similaire. Dans les bras de la professionnelle, elle arrive sur le studio et la vue de l’environnement nouveau lui déclenche de grosses larmes. « Alice, n’en dis pas plus, on se revoit demain si tu le veux bien. » Inutile d’insister et de braquer ce petit bébé. Le fait de se reposer chez le tout petit permet souvent d’être plus disposé à me rencontrer et à participer à la séance à un autre moment.

A la crèche Les libellules de Saint Cyr l’Ecole, mon studio était installé dans une pièce à part, loin du passage des parents et des enfants. Ce côté un peu isolé n’a pas empêché les enfants de passer un bon moment en ma compagnie comme le témoigne Mélissa, infirmière en relais de direction :

0
photographe crèche Yvelines
0
enfant en crèche

SÉANCE PHOTO D’ENFANTS : LE PROJET POUR LA CRÈCHE, L’OBJECTIF DU PHOTOGRAPHE

Vous l’aurez compris, réaliser un shooting photo d’enfants en crèche n’est pas chose aisée, mais si le climat autour des enfants se veut rassurant, alors cela donne lieu à de très beaux moments. La séance photo peut s’inscrire dans un projet de crèche (et c’est même recommandé !). Les enfants sont prévenus et sont inclus dans ce projet. Si vous faites appel à mes services, vous pouvez tout à fait afficher ma photo dans les unités de vie quelques jours avant ma venue.

Les enfants peuvent ainsi se familiariser avec mon visage. Vous pouvez aussi leur lire des livres où le sujet de la photographie est abordé, ou encore organiser une mini séance photo en section avec votre appareil de crèche, montrer aux enfants leurs portraits, etc… D’autant qu’à partir d’un certain âge, les tout-petits commencent à avoir une meilleure conscience de leur corps : des jeux ludiques et des activités autour du sourire, de l’ouverture des yeux, de la position des mains sont des outils adaptés pour favoriser cet aspect du développement psychomoteur, en corrélation avec la séance photo à venir.

Photographe crèche 78, ce que je cherche à mettre en avant dans les photos ce n’est pas forcément le sourire d’un enfant. Peut-être qu’il sourit car on lui a dit de le faire, c’est souvent un sourire crispé ! Mon objectif est de capturer l’enfant comme il est. Bien souvent, je demande à la professionnelle qui m’accompagne de regarder les clichés et de me dire « si c’est bien lui ».

En effet, elle connaît l’enfant et elle saura me dire en un coup d’œil si la photo représente bien l’enfant tel qu’il est dans la vraie vie. Son regard rêveur, son sourire en coin, sa bouche qui éclate de rire, ses yeux malicieux, bref, tout ce qui renverra à la personnalité de l’enfant, c’est ce que j’essaierai de capturer dans mes photos.

Quand tout est fini …

A la fin de chaque matinée de prise de vue, je range une partie de mon matériel et je retourne à mon studio à Elancourt. A ce moment là je créé une galerie en ligne sur mon site internet avec les plus belles photos des enfants que j’ai pu photographier dans la matinée. J’envoie par e-mail le lien de la galerie à la directrice de la crèche, et elle se charge de le transférer aux parents des enfants concernés afin qu’ils puissent passer commande sur le site. Ils choisissent de payer par CB en ligne (paiement sécurisé), ou par chèque (adressé à mon nom) à déposer à la crèche.

Photographe crèche 78 je prépare ensuite les commandes à travers le travail de post-production (retouches, formats, optimisation de l’image, noir et blanc/couleurs, impression, etc…). Au bout de quelques jours, lorsque toutes les familles intéressées ont passé leur commande, je termine ce travail et je viens déposer les pochettes de chaque enfant à la crèche. Ce sont les professionnelles qui donneront les commandes aux familles.

La découverte des photos est bien souvent un beau moment d’émotion à partager. Beaucoup de parents choisissent des photos pour eux, mais ils pensent aussi à la famille élargie (grands-parents, parrains et marraines, etc., pour les cadeaux d’anniversaire ou de Noël…)

0
photographe crèche 78
0
photo creche

Photographe crèche 78 : et les parents dans tout ça ?

J’ai beaucoup parlé des enfants et des professionnelles de la crèche, mais la place des parents est importante à évoquer. La séance photo est un moment privilégié qui place l’enfant au centre de l’attention. C’est son moment à lui, il s’éclate, il est lui-même, il est valorisé. C’est une activité à part entière dans la journée de la crèche. Les parents auront le droit à un petit retour de ce moment lors des transmissions le soir. Et ils pourront aller sur la galerie en ligne pour voir les photos le soir en famille, et choisir les clichés qu’ils aiment.

Les parents n’ont aucune obligation d’acheter les photos réalisées. En revanche, comme je le disais plus haut, s’ils savent d’avance qu’ils ne feront aucun achat, ils doivent informer la directrice afin que leur enfant ne soit pas pris en photo inutilement. Il fera, à la place, une autre activité proposée par les professionnelles de la crèche.

Il arrive parfois qu’un enfant soit réfractaire à l’idée de venir sur le studio installé dans la crèche. Par contre, les parents aimeraient beaucoup avoir de jolies photos de lui… Mais la priorité sera le respect du désir de l’enfant, jamais il ne sera forcé. En revanche, il se pourrait que le parent soit disponible pour rester avec nous le temps de la séance. Dans ce cas, le parent prend le rôle de la professionnelle pour stimuler son enfant lors des prises de vues.

C’est ce que nous avions fait avec Julia, 2 ans et demi, à la crèche Vanille de Saclay. Sa maman est restée près de moi, elle jouait avec sa fille à faire la course : Julia partait du bout du studio avec la professionnelle et courait dans les bras de sa maman. J’avais le champ libre pour capturer ses expressions de joie et d’excitation ! Ce moment de complicité mère-fille est un instant de bonheur atypique dans une journée de crèche ordinaire ! Et le résultat sur les photos est plus que satisfaisant. Par contre le parent présent ne pourra pas regarder les photos depuis mon appareil, ce privilège est réservé à l’enfant. Pour le parent, rendez-vous sur la galerie le soir !

La présence des parents pour ce genre de situation doit rester exceptionnelle, et doit être une aide pour détendre l’enfant, non pour le crisper encore plus.

Photographe crèche 78 : combien ça coûte ?

Je vous vois venir … « Un photographe professionnel à la crèche pendant plusieurs matinées de suite, qui réalise des portraits de bébés, ça doit être hors de prix ! Notre crèche n’a pas le budget pour ça ! »

Pas d’inquiétude ! Ma présence dans votre crèche ne vous coûte rien : zéro euro ! Je suis payé uniquement par les commandes réalisées par les familles.

Il ne vous en coûtera qu’un peu de temps et de dynamisme à m’accorder tout au long de ma présence pour accompagner les enfants au studio, veiller à leur sécurité, les rassurer et surtout jouer et prendre du plaisir avec eux !

Il se peut qu’un photographe crèche 78 fasse passer une structure ou une école entière en une matinée, sourires, pleurs ou regards figés, tant qu’il y a un cliché, c’est bouclé …. Je vous l’accorde, les tarifs sont attractifs car la session est rentable. Mais la qualité a un prix, et je préfère mille fois prendre le temps avec chaque enfant pour obtenir une expression qui lui ressemble, plutôt que de gâcher l’instant, voire traumatiser le loulou…

Là aussi, les professionnelles ont un rôle à jouer pour raconter aux familles le déroulement des shootings, le moment de qualité que l’enfant a passé, afin de justifier les tarifs proposés sur ma galerie. Le rendu final parlera également de lui-même.

0
photographe crèche 78
0
photographe creche ile de france

Photographe crèche 78 : Vous aussi, programmez votre séance photo

Photographe crèche 78 j’espère que cet article vous aura donné toutes les informations nécessaires au sujet d’une séance photo en crèche, en tout cas selon ma façon de faire. Si vous êtes intéressé pour programmer une session dans votre structure, je suis le photographe crèche Yvelines qu’il vous faut ! Vous pouvez me contacter par téléphone ou mail, et je me ferai un plaisir d’échanger avec vous sur ce projet à mener. N’hésitez pas à en parler à vos équipes, et autour de vous, d’autres structures n’ont peut-être pas connaissance de ce type de prestation.

Organiser une séance photo en crèche est une valeur ajoutée en termes de communication positive auprès des familles, des gestionnaires, des clients. En effet, une crèche qui s’investit dans un projet, et qui propose des choses atypiques, comme la venue d’un photographe professionnel, gagne forcément en popularité auprès des parents et des collaborateurs (mairie, investisseurs, etc…). Ma priorité est de faire vivre à l’enfant un moment de jeu, de rires et surtout d’individualité. Cette philosophie engagée aura forcément une cohérence avec la pédagogie de la structure qui souhaite m’accueillir.

Photographe crèche 78, mon périmètre d’intervention ne se limite pas au 78, contactez-moi afin de connaître mes disponibilités pour des villes en dehors des Yvelines. A très bientôt !

0
photographe crèche
0
photographe crèche 75
0
photographe creche yvelines

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sed Donec amet, Lorem libero eget tristique